Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies - Page 6

  • Oh mais de quel pays sommes-nous ?

    Il y aurait un peu de ces fumées
    des chansons nulles
    deux mules et huit hectares
    de terrain
    Oui de ces magies qui flottent
    au-dessus du gris bleu
    des bois de bouleau
    Un peu plus haut regarde
    accrochée à la racine
    de tes cheveux que le vent
    griffe de mensonges
    et plus si affinités
    par miracle comme un paysage
    de bienheureux
    regarde cette forêt hérissée
    de sapins de capitaines
    bucherons de formes de bêtes
    leur mémoire en détresse
    Oh mais de quel pays
    sommes-nous ?
    Par ici la moyenne montagne
    reste encore trop haute
    et alors on ne sait pas
    Il y aurait un peu de ces garçons
    Oui de ces garçons électriques
    Des gestes brusques tendus
    vers la bouche des filles d'ici
    qui au dernier moment
    se refermeraient sur leurs secrets
    scories du rêve comme autant
    de palais inhabitables
    Il y aurait un peu de ces fumées
    des chansons nulles
    deux mules et huit hectares
    de terrain
    Et vers la fin
    tout se déciderait en une nuit
    l'adolescence accepterait
    de filer à la douche
    faute de pouvoir prendre
    un bain...
     
     

  • ...

    Il s'est levé d'un coup sec
    Elle aurait bien aimé
    pour une fois
    qu'ils s'attardent un peu
    au lit
    Oui pour une fois
    Il s'est fait couler un café
    Il a fait dégager le chat
    qui gênait la circulation
    Puis Il est revenu vers Elle
    qui s'était rendormie
    Il l'a trouvée très belle
    Il le lui a dit
    Ses cheveux reposaient
    pieusement sur l'oreiller
    Et ses cuisses avaient
    cette grâce alourdie
    tu sais
    Cette grâce oui
    Et puis il lui a raconté
    ce rêve
    C'était un rêve avec
    un homme sur l'âge
    C'était un homme rongé
    par la culpabilité
    Un homme qui s'imposait 
    depuis trois ans
    une drôle de pénitence
    parce que parce que...
    Il s'est mis à pleurer
    Elle l'a pris dans ses bras
    Elle a bu ses larmes
    comme une marée...

     

    Benoit Jeantet

  • ...

    Dix fois
    le soir a cherché
    ce moment où
    à nouveau
    il pourrait se dresser
    comme une digue
    Dix fois
    le soir a posé
    son visage dans
    la paume de ma main
    Dix fois
    J'ai hôché la tête
    avec tristesse
    tandis que le ciel
    s'essuyait les yeux
    Dix fois
    je lui ai dit
    d'une voix douce
    qu'il aille verser
    sa colère
    dans un autre coeur
     
    Benoit Jeantet