Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies - Page 2

  • Et le ciel se mettrait à vomir des arcs-en-ciel...

    La passion n'est qu'une coïncidence,

    me dit-elle,

    dans ce train qui achève sa nuit

    comme il peut,

    en gare du Val d'Or...

    Le long du quai, à main gauche,

    d'ailleurs,

    quelques touffes d'orties 

    rescapés de la grande dépression.

    Et sinon, des rêves

    de banlieue chic ordinaire

    qui s'apprêtent à rejoindre leur migraine...

    Un sac plastique roule une pelle

    à une pauvre bouteille 

    de bière.

    Le vent, à ce moment là, est ce qui

    s'apparente le plus au silence.

    Dans une heure ou deux, 

    à peine, 

    il va se mettre à sculpter

    la peau de l'aurore.

    Et tout sera pardonné...

    Ma bouche ressemble à un sachet

    de Tang,

    mais plus personne ne sait de quoi

    je parle.  

    Le train repart. Des volets claquent

    à la sauvette.

    Une fenêtre s'ouvre péniblement.

    Il y a cet homme, en peignoir et,

    au pied,

    des Stan Smith avec des lacets

    bleu turquoise. 

    Il fume par le nez.

    Se gratte la tête. 

    Encore un solitaire qui doit

    préférer la compagnie des chiens

    à celle des hommes.

    J'ai toujours eu peur des chiens,

    me dit-elle,

    mais quand même...

    J'ai toujours cru que mon destin

    était d'atteindre les étoiles, 

    pas vous?

    La passion n'est qu'une coincidence

    et la veille, alors,

    elle a eu une dispute avec son amoureux. 

    Ensuite, bizarrement, elle s'est sentie

    la cuisse plus légère. 

    Ensuite, elle a eu envie de caresser

    cette chose bête et sale, 

    mais quand même...

    Envie d'un garçon aussi perdu

    qu'elle, 

    et ses mains capables, pour quelques heures,

    d'étrangler ses opinions un peu surfaites

    sur l'amour,

    cette fable qui est un éloge à la fidélité

    mais dont la morale lui échappe

    parfois...

    La passion n'est qu'une coïncidence,

    me dit-elle,

    et le train roule

    dans cette sorte de fantasme, 

    où, vous savez, après la pluie, 

    le ciel se mettrait à vomir 

    des arcs- en ciel... 

  • Une mélancolie d'avance...

    Aimer, me dit-elle,

    la vie, les autres,

    mon job et ton corps...

    L'avenir de l'espèce

    humaine

    passera par la flottaison,

    crois-tu?

    Quand je repense 

    à tout ça en même temps,

    oui, et pour de bon,

    j'ai les mains qui tremblent...

    Je me souviens...

    Il y a fort-fort longtemps,

    alors, il y avait un vieux beau...

    L'alcool et la nostalgie 

    étaient les grands passe-temps

    de sa vie...

    Une vie dévastée à force

    d'être

    en avance d'une mélancolie.

    Les vieux-beaux et les possibilités

    entrevues par leurs désirs,

    tu sais, en ce temps-là,

    avaient toujours deux métros

    de retard

    et une mélancolie d'avance...

    Une vie dont l'essentiel

    s'était jusqu'ici

    déroulée

    dans les années quatre-vingt.

    Et ça, chaton,

    je ne le souhaite à personne...

    Il y avait, aussi et surtout,

    cette fille:

    un ancien top-model et un fantôme

    à la chevelure blond polaire...

    Elle habitait à demeure

    les chiottes d'un club célèbre,

    à l'époque...

    Mais revenons au vieux beau

    et à sa logique de survie 

    sur le point

    d'aboutir à une catastrophe. 

    Tout ça qui consistait

    à raconter son histoire

    avec les mots des autres...

    Les années quatre-vingt,

    chaton,

    je ne les souhaite à personne...

    Le sexe, alors,

    mieux avec ou sans amour?

    Tout reste affaire de perception,

    tu ne crois pas?

    La fin du monde reste

    une perception

    occidentale...

    Il y avait donc cette fille:

    un fantôme et un ancien top-model,

    qui vivait recluse

    dans les chiottes de ce club

    très célèbre à l'époque. 

    Elle et sa maigreur.

    Elle et ses romances

    avec cocaïne. 

    Et ça faisait beaucoup

    de monde...

     

     

     

  • Les urgences de l'hiver...

    La pluie ne sera plus

    jamais seule.

    Tu m'expliques-

    toujours tes explications

    pour tout-

    que la nuit sera 

    longue. 

    Notre amitié est vaste.

    Aussi vaste qu'une aire

    d'autoroute,

    juste avant un départ

    pour le bord de mer...

    Tu piques une dernière

    cigarette

    dans le paquet d'un vieux

    complice

    que la mélancolie

    préoccupe. 

    "Regarde...même l'argent

    se laisse pousser 

    la barbe."

    Tu dis ça l'air de quelqu'un

    qui en a un peu assez,

    à force, 

    d'être toujours gentil

    avec la mauvaise

    personne. 

    Il y a deux sortes de mélancolie.

    Très différentes par le ton

    et la technique.

    Et nos soifs de bêtes molles

    peinent à faire

    mousser le vieil onirisme 

    de dauphin-

    sais-tu que c'est onirique,

    les dauphins?-,

    quand la crise de la quarantaine

    s'intensifie

    dans les urgences de l'hiver...