Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies

  • Faire l'amour devant une bande de chats borgnes

    Toujours un peu la même
    histoire
    tu sais
    ces samedis de la mi-août
    Et alors "ça" se lève
    avec cette envie furtive
    Et toujours " ça" te caresse
    du bout des doigts
    Cette envie
    tu sais
    d'être en train de faire
    une chose
    dont on avait jamais
    parlé auparavant
    Par exemple:
    faire l'amour
    devant une bande de chats
    borgnes
    Mais de façon à susciter
    chez ces sordides bêtes à poil
    une curiosité qui dépasserait
    le simple fait
    d'être spectateur
    Pour finir : tenir le rêve
    d'une fille
    comme on tient un oiseau
    de nuit
    dans sa paume
    en se contentant de regarder
    Et voilà le genre
    de fille
    dont le regard fractionne
    l'espace en boîte de craie
    en plumiers en niches
    et en volets bleu
    cobalt
    Toujours un peu la même
    histoire
    tu sais
    où tout le monde s'épie
    à la jumelle
    ou par des ouvertures
    encore plus vétustes
    que la voie lactée...
    Toujours un peu le même
    samedi de la mi-août 
    et " ça" tourne gravement
    vinaigre
    entre le mix et le gain
    comme le jour de répète
    ordinaire
    de quelque garage band
    obscur
    du Connecticut
    Et toujours "ça "balance
    son petit chorus
    écrit
    en pleine connaissance
    fluide et approfondie
    du freudisme...
    Toujours un peu le même
    refrain imbécile
    pour fans éconduits
    de saga intergalactique
    où un peu toujours
    le même
    maître des forces du mal
    semble vieillir
    au fur et à mesure
    de cette journée
    élevée et grandie
    en fût de chène
    dans un pauvre film de voyeur
    Et l'éclairage acquis
    à coups de blanc sec
    et l'ordre des répliques
    sont sujets
    à caution...

  • ...

    Et c'est ta voix
    qui s'envole
    dans mon tout petit
    film
    de montagnes...
    Et c'est ta voix
    qui sert
    à soigner
    les maladies de peau
    des chiens
    de prairie...
    Et c'est juste
    avant
    que la neige
    actualise
    les saignements
    de nez...
    Et c'est juste
    avant
    qu'assoupi
    sur sa fin
    de race
    le monde renvoie
    les infirmières...

  • Mieux qu'un rêve de savon...

    J'aimerais bien

    me dit-il

    une jolie voiture

    Oui une voiture

    Et sa beauté de crystal

    ses mécaniques

    tendres et tièdes

    comme seule la nuit

    sait l'être

    alors me redonnerait

    la force

    d'écraser tous ces

    sourires cyniques

    d'un méchant coup

    de poing

    Une force aussi

    incalculable

    que la culasse

    de l'enfer

    parce que l'amour

    et ses fréquents

    éclats de rire

    ont remis de la vitesse

    tout au bout

    de mes doigts

    et ça me plait

    cette nouvelle vie

    de vrai-faux pilote

    qui conduit un peu

    trop vite

    parce qu'il n'y croit

    toujours pas...

    Oui j'aimerais bien

    me dit-il

    ce genre de voiture

    Comme une force

    pas facile à prévoir

    Une force bien disposée

    n'empêche

    Je ne sais plus

    comment le dire

    Le monde se rêve

    en tricycle

    Le monde s'en fiche

    de toute façon

    Oui j'aimerais bien

    me dit-il

    une jolie voiture

    avec un moteur

    qui ronfle

    mais pas trop

    avant de s'endormir

    dans les bras d'un garage

    dont le sol scintille

    comme une étoile

    en reflétant les lumières

    des ponts

    Les ponts toujours

    trop loin

    et pour un pas

    de plus

    alors voilà...

    nos ombres glissent

    mieux qu'un rêve de savon...