Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies

  • Le monde n'attend plus après toi...

    Le monde n'attend plus
    après toi
    et ton sourire
    rêve parfois
    de novélisation...

    Un soir...
    C'est donc un soir
    qui
    sans te parler
    regarde
    tantôt à droite
    tantôt à gauche
    Un soir comme
    il y en a
    quand il n'y a plus
    rien à dire...

    Dans la salle d'attente...
    Il y avait un homme
    qui tenait un enfant
    dans ses bras.
    Et aussi une femme
    qui mêmement mais
    de façon plus féminine
    tenait un autre enfant
    dans ses bras.
    Sauf que cet enfant
    n'était pas le sien
    à elle personnellement.
    Comment je le sais?
    Je le sais.
    C'est tout.
    N'empêche.
    C'était donc
    une salle d'attente
    avec deux enfants
    sur les bras.
    Nous étions tous les trois
    plus deux mômes
    définitivement mis
    hors de nuire
    par l'intervention
    quasi divine
    de deux tétines
    professionnelles
    et bienveillantes.
    Et alors on attendait
    comme on espère le ruisseau
    en pensant guetter
    l'inspiration
    au fil de l'onde.
    Dans la salle d'attente...

    Un matin...
    Elle aimerait
    que la marche
    de l'univers
    soit inscrite
    dans son café...

    Trois minutes
    avant minuit...
    Détends-toi
    chaton.
    Allez
    détends-toi.
    Regarde comme
    nos mains s'aiment
    le temps de se soumettre
    à l'esprit barbare
    de l'époque
    et puis voilà
    elles ont disparu
    sous la terre vaine.
    Trois minutes
    avant minuit...
    Nigara Falls 
    Pacific Palissades
    Deuil-la Barre
    Je crois qu'elles rêvaient
    d'un genre
    de mélancolie
    un peu plus exotique...

    Le monde n'attend plus
    après toi
    Ça tombe bien
    Tu n'aimes pas être
    en retard...

  • ...

    Aperçu un homme
    alors que je venais
    de jeter mon tablier
    de fort méchante humeur.
    Mes rêves avaient besoin
    de reprendre le territoire.
    C'était un homme
    en train de déambuler
    sous un abribus.
    Un homme hors d'âge
    comme on en voit
    sous les abribus.
    Me suis approché de lui
    en quête d'un reliquat
    de fraternité humaine.
    Et alors d'un air absent
    l'homme s'est mis à réciter ça:
    "cet homme contient
    de l'angora,
    un fil long et soyeux
    apportant douceur, chaleur
    et légèreté
    à celle ou celui
    qui voudra bien l'adopter.
    Afin d'en conserver
    toutes les qualités,
    nous vous conseillons
    un lavage à 30.
    Programme délicat..."

  • La mémoire est une fille de nulle part...

    Passé tout près de la rue Tourlaque, me dit-il. Il faisait beau. Quelques vers de Kiki Dimoula m'avaient tenu compagnie, oh juste le temps de remonter la rue Ramey et pfuit, voilà, envolés. Ces jours-ci, la mémoire est une fille de nulle part. Passé tout près de la rue Tourlaque. Il fut un temps où, là-bas, j'allais voir cette dame. Des fois je lui offrais des fleurs. Et toujours je baissais les yeux au moment de lui tendre le bouquet. Des fois, c'était des fleurs blanches. Des fois, c'était tout mélangé. Des fois, trois minutes avant minuit, cette dame s'appelait Florence, elle rêvait de Toscane et de son rôle méconnu sur le moral des troupes. Un jour elle a refermé la porte, très vite, derrière moi et puis...Cette dame m'impressionnait. J'étais jeune. Très jeune. Elle est morte, depuis. Passé tout près de la rue Tourlaque. Cette dame, tu sais, j'aurais bien aimé...lui dire que...Parfois, dans la vie, on fait du chemin et on aimerait juste que ça se sache...

    Paysage urbain, me dit-il. La rue Caulaincourt. Un 12 novembre. Vers 15h. Enseignement catholique. Tous les parents échouent d'une manière ou d'une autre. Des poèmes d'Ivan Blatny. Le Chinon mais un peu plus tard. Une bière avec Bruno et son poumon universel. Les visages défilent. Seul le changement est permanent, me souffle Rodolphe. Le Chinon, mais un peu plus tôt. Les yeux de Samuel cherchent désespérément un point d'appui, quelques lignes de fuite. Dans vingt ans et trois titres de champion d'Europe, la rue des Abbesses ne nous reconnaîtra plus.  Même dans une fosse sceptique, il y a des niveaux. Le temps nous remplacera. " La mort commence par un colon obstrué", beugle un type hors d'âge, et nous sommes à mi pente de l'avenue Junot. Paysage urbain...