Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies

  • ...

    Dans le genre " la vie est belle", tu sais, me dit-elle, les cuisines jonchées de vaisselle sale ont le pouvoir de nous écarter très vite du présent. Une cigarette chipée dans la poche entrouverte d'un mec baisé à la sauvette, puisqu'il faut bien céder, de temps à autre,  aux exigences d'un corps qui réclame- je nourris bien mon chat, après tout-, oui, une cigarette un peu trop forte- fumée un peu trop vite, à peine un regard au-dessus des décombres et bienvenue à Sèvres-Babylone, en l'an 1993, très exactement en face de l'hôtel Lutetia où deux sœurs jumelles, nattées à la suédoise, s'apprêtent à tourner un court-métrage avec un lévrier irlandais et une boite de petits pois-carottes pour décor d'ensemble...

  • ...

    C'est par paresse qu'on devient

    cinéphile.

    Pour donner à sa solitude

    un air intelligent.

    Tu trouves que j'exagère?

    Supposons

    qu'au commencement,

    j'ai tout fait

    pour ne pas devenir

    un de ces hommes

    à rancune.

    A l'âme rude...

    Ce matin-là,

    le cirque était arrivé

    en ville. 

    Il aurait peut-être

    fallu

    se contenter

    de leurs acrobaties

    de rigolos à nez rouge,

    leurs mines flippantes,

    verrouillées...

    Ce matin-là,

    aucun retour possible.

    Je me revois alors.

    Je ressemble

    à un échafaudage qui tangue

    sur une façade

    rossée par les vents....

     

  • ...

    22h37. Et je sèche sur ce truc, me dit-il, comme une pauvre serviette de bain moisie. Mais je suis jeune et j'ai tendance à marcher rapidement pour aller là où je veux aller. Je ne vais jamais très loin mais, moi au moins, j'y vais.  Je fais des tas de choses comme ça, j'accomplis des taches et des travaux automatiques, sans me rendre compte de ce que je suis vraiment en train de faire. Des taches et des travaux automatiques comme: tomber amoureux d'une actrice en ayant l'impression de répondre à un questionnaire. Apprendre à respirer au rythme de la petite blessure narcissique qui va bientôt avec. C'est ça. Je suis jeune et ça ne va pas durer. L'arrière-salle mélancolique, pour en savoir plus, rendez-vous au prochain épisode...

     

    23h00. Il y a eu cette lumière, me dit-il, et c'était ce matin-là, à Lyon. Un dimanche matin d'octobre. Et j'avais dormi en écrasant mes poings sur l'idée inextricablement romantique d'une nuit calme aux faux airs de serre malgache et c'était après avoir usé, entre potes mais avec modération, de notre petit droit d'inventaire et voyez comme, parfois dans l'existence, on peut passer de la cuisine au matelas d'une chambre d'ami sans plus se soucier de ces ombres-cheveux de brouillard facile et lèvres pulpeuses jusqu'à l'horizon d'une infinie salope- qui vous traquent et même loin de chez vous, à votre âge faut-il être sot pour croire encore en la possibilité de quelque rédemption à la sauvette, oui, parce que ces ombres trouvent plus facile d'aborder ces choses-là, hors les murs de votre petite routine...