Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies

  • Dernière parution...

  • ...

    Certaines fois ces choses-là arrivaient, vers la fin du mois d'août quand l'été, par habitude, se mettait à regarder derrière avec cette peur enracinée dans une terre crevée d'averses, cette peur qu'une pluie un peu plus acide que les autres revienne lui trancher la gorge.
     
    La plupart du temps, c'était quand l'automne venait retaper à vos tempes par dessus le tempo de pisse-copie du train. Le train qui s'enrhumait après les méches d'une fille qu'on voulait - c'était commode - croire perdue et qui aura pris le temps, depuis, de s'émanciper des correspondances.
     
    Le train, l'automne et les arbres qui tremblent. L'angoisse les noircit avec ce désir violent d'assassiner toute envie de suspens. Et on aimerait tellement retrouver le don des larmes et cette sorte d'inclinaison de l'âme qui vous pousse à embrasser un rayon de lune. Mais on finit par perdre le sens du petit matin comme on perdrait un parent le jour de son anniversaire...

  • ...

    C'est sans doute
    oui sans doute
    la première fois
    que cette fille
    que ce garçon
    s'embrassent
    C'est peut-être
    oui peut-être
    à cause de la
    douceur du soir
    Et bon sang
    comme Paris
    respire une certaine
    idée du bonheur
    Et comme ça
    du soleil aux vitres
    même les vieux
    chanteurs has been
    ont droit à
    un dernier tube
    Pop quinquin
    sans désemparer
    C'est sans doute
    moins facile
    de s'embrasser
    quand un vent
    en fureur
    ne pense plus
    qu'à se venger
    alors que nos lèvres
    cherchent le souvenir
    d'une main
    au fond de cette
    poche où
    comme ça
    un rêve a cru
    plus prudent
    de se cacher
     
    Benoit Jeantet