Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies - Page 3

  • ...

    Toutes ces visions

    dans ma tête...

    On demeure esclave 

    de la parole

    trop longtemps gardée

    au-dedans de soi...

    Il faudrait, par exemple,

    que je prenne le temps

    de réfléchir

    à cette odeur

    de colle et de sels de bain...

    J'ai ce sentiment étrange...

    Les grands rêves parlent

    de désir

    et du manque.

    Autour de cet axe, 

    tout s'articule, oui tout, comme

    nos tendresses minuscules, 

    les marges, les péninsules

    de l'angoisse

    où on courrait se mettre 

    à l'abri.

    Quelle idiotie.

    C'était comme ça...

    Il y aura toujours cette femme

    qui pleure

    une bonne fois, une fois

    pour toutes.

    Et dans sa vie, jusqu'alors

    les solutions mises en oeuvre

    n'ont jamais fonctionné

    bien longtemps. 

    Il y aura toujours cette femme

    qui pleure et qui pleure et qui pleure

    et à la fin le corps se laisse

    tout bonnement

    vivre

    et à la fin l'esprit se met 

    à raconter

    la solitude, la beauté

    et l'amour...

    Toutes ces visions

    dans ma tête...

    Il faudrait quand même

    qu'un jour je trouve le courage

    de faire le tri

    entre la boue du sentier

    de tout à l'heure

    et les poussières sur la route,

    après demain...

     

     

     

     

     

  • ...

    Ici, maintenant,

    seule

    la mélancolie

    peut produire

    des films

    aussi racoleurs et

    commerciaux

    que le souvenir

    de toutes ces soirées

    à la gomme

    où on effaçait

    des litres et des litres

    de bière,

    blonde. 

    Une certaine idée

    du virilisme

    inscrite 

    en lettres vaines 

    au tableau noir. 

    Ici, maintenant,

    il est encore temps 

    de le reconnaître.

    De toute façon,

    ça fait bien longtemps

    que les ombres 

    se sont rangées

    de notre côté.

    Alors,

    faute avouée...

     

    (photo Frédérick Jeantet)

  • ...

    Au bout de ce chemin,

    des souvenirs sont

    sur le point

    de disparaître...

    L'enfance a fini par

    céder

    son vieux fond

    de commerce...

    La mélancolie n'a pas pu

    décaler son dernier

    rendez-vous

    avec 

    la

    mort...

     

    Photo Frédérick Jeantet