Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies - Page 5

  • ...

    Le meilleur remède

    à la mélancolie,

    c'est le travail. 

    Alors, on retient

    ses larmes.

    On dit qu'ici

    chaque muscle

    a sa chance.

    Alors on retient 

    ses larmes

    de peur qu'elles ne soient

    intarissables. 

    Avec le travail,

    on parle moins...

  • ...

    On fait un peu toutes

    et tous

    ce genre de choses. 

    On écrit quelques

    mauvais livres

    en passant, 

    comme on traverserait

    une longue période

    d'insomnie,

    quelques mauvais livres

    que,

    par chance ou vice inversé,

    quelques fous décident,

    un jour,

    de publier ou pas. 

    Et puis on commence

    à se prendre pour un autre.

    On jure tout le contraire

    et c'est encore

    bien pire

    lorsqu'on se met à prendre

    des poses d'artiste

    véritable. 

    On pense qu'être artiste

    c'est un art négligé. 

    Sur la route,

    enfin, 

    on croise le chemin

    d'un livre, 

    un livre qu'on a aimé,

    aimé

    d'un amour tendre,

    dans sa jeunesse

    et

    même beaucoup plus encore, 

    par la suite,

    aimé

    au point de le relire

    de ne plus faire que ça,

    et alors c'est comme

    quand

    on s'oblige à croiser

    le regard

    d'un type qui en impose.

    Vous avez beau chercher

    à soutenir son regard,

    histoire de l'impressionner

    un peu, 

    lui alors,

    il fronce les sourcils

    et c'est tout....

     

  • ...

    Sais-tu seulement

    ce que ça fait,

    me dit-elle.

    Sais-tu ce que ça fait,

    seulement,

    de toujours danser seule.

    Après, elle baissait les yeux.

    Oui.

    Elle baissait les yeux.

    Elle baissait la tête

    avant de regagner

    le vestiaire du silence...

    Bien sur,

    moi, je n'avais pas grand chose

    à répondre.

    Bien sur...

    Je me sentais tellement

    timide,

    oui, tellement timide

    au moment d'égoutter

    ma première peine

    de cœur,

    tellement timide que

    j'avais presque envie

    de regretter l'époque

    de notre jeunesse irrégulière.

    Mais je me suis repris

    et voilà...