Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lubies - Page 5

  • Pour toujours, c'est encore autre chose..

    Pendant que tu étais

    tout occupé

    à te lancer des reproches

    à la figure,

    le mépris au centre

    de l'affiche

    vantant les mérites

    de ton prochain festival

    techno-sceptique

    de la jalousie,

    oui, 

    pendant ce temps-là,

    pendant cette parenthèse

    astigmate

    minée par la drogue

    et l'alcool,

    pendant qu'une fille

    te murmurait:

    pour toujours, mon garçon,

    c'est encore autre chose,

    alors le petit matin

    a du se mettre à rêver

    qu'il acquérait soudain

    assez d'expérience

    pour pouvoir vivre

    à l'écart

    de son malheur.

    Et même qu'il s'étais mis

    à écrire des chansons

    où pourrait s'enchevêtrer 

    des visions

    et des instants

    de la vie,

    quand ça consistait

    encore

    à écouter l'herbe qui pousse 

    alors qu'une terrasse 

    soumise à la dictature

    d'un serveur pas rasé,

    soit trop naïve,

    soit exactement l'inverse,

    tente de faire toute la lumière

    sur nos questions intimes,

    oui

    des chansons,

    pour que le ciel s'ouvre en grand

    comme les portes d'une boite de nuit...

     

     ("Hervé Chigioni et son graphiste Gilles Frappier ont conçu cette affiche du 69e Festival de Cannes. L’identité visuelle 2016 a été créée par Philippe Savoir (Filifox)...)

  • ...

    Comme il s'était mis

    à pleuvoir,

    ça n'a pas été 

    si simple

    de s'expliquer.

    Pourtant il m'a dit

    ces mots

    que je ne suis pas prêt

    d'oublier.

    On a tous besoin

    de se fabriquer

    une image. 

    De s'inventer des histoires

    à quatre sous,

    des histoires

    qui nous ressemblent

    dans lesquelles

    résonnent notre langue.

    Plus jeune,

    alors,

    j'ai voulu écrire

    des westerns.

    Il y aurait eu

    très peu de tout

    dans ces westerns,

    mais les gens

    seraient venus de loin

    pour atterrir 

    au milieu de nulle part...

  • La jeunesse...

    La jeunesse...

    On en a fait

    des rêves

    qu'on aurait voulu

    rendre 

    plus conséquents...

    Les buvettes

    avaient des formes

    parfaitement

    ajustables

    à nos dimensions.

    Des formes de héros

    ou de monstres...

    La jeunesse,

    à l'heure où

    les voyages fêtaient,

    un soir sur deux,

    leur grand retour,

    on l'aurait volontiers

    emprisonnée

    dans une chanson.

    Mais l'avenir

    s'est fait prendre

    au jeu des saisons...

     

    (Photo Baptiste Jeantet)