Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vestiges....

    J'aimerais encore

    croire

    à ces rêves

    bâtis

    sur des terrains vagues.

    Et puis l'âge passerait 

    par là.

    Et puis tu ferais couler

    un peu d'encre

    sur les vestiges

    de ma foi militante.

    Et puis le jour baisserait

    comme une dispute 

    s'éteint.

    Et puis...

    enfin le silence...

  • La mémoire du tissu...

    Est-il trop tard pour épingler 

    cette matinée 

    à des badges aussi rieurs

    que la croûte d'une cicatrice 

    jamais refermée

    depuis l'enfance...

     

    Veuillez, s'il vous plait,

    ne pas tenter

    d'ouvrir

    ce mercredi matin...

     

    Tu te souviens comme

    alors

    on glissait

    sur la pente secrète

    du langage...

    Quelques mots après,

    la signalisation nous imposait

    un arrêt.

    Malgré tout,

    tu restais belle

    comme un geste. 

    Je sais que ton image

    sera conservée,

    intègre

    et à tout jamais,

    dans la mémoire du tissu...

     

     

     

     

  • ...

    J'ai mis ce matin

    à refroidir.

    C'était un de ces matins

    fait d'ombres.

    L'innocence ressemblait,

    de plus en plus,

    à une espèce en voie

    de disparition.

    La veille au soir,

    des souvenirs battaient  

    le pavé

    sur le trottoir de l'ombre.

    J'ai eu envie de les regarder

    avec l'indulgence,

    immédiate et naïve, 

    qu'on éprouve 

    pour un animal domestique.

    Les ténèbres avançaient

    en rampant...