Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

...

Comme tu peux le voir

sur cette photo,

me dit-il,

mon cœur est une personne

sérieuse, ponctuelle,

honnête, 

même si, 

à la morte saison,

il arrive que l'eau calcaire

lui assèche brusquement

l'épiderme

et que je me vois 

contraint

de nourrir sa peau,

et c'est comme si j'assistais,

d'horribles souvenirs

investissent alors le sable

de ma gorge,

à la reconstitution de cette

mélancolie 

enterrée vivante

dans la terre profonde,

avec un fil électrique

au cou...

Commentaires

  • lll n’en fallait pas plus pour faire croire que l’adversaire est en nous. Et parfois ces décharges électriques qui produisent des effets incontrôlés que notre inconscient débusque, alors que notre conscience les maquillait si bien. Le passage à l’acte en est pas forcément fier. Mais cette vie était un théatre où la vérité baille parfois devant la réalité cachée derrière ce canapé où il était assis confortablement. La télécommande en main, le film défilait et le fil conducteur se resserrait sur ce qu'il lui restait à vivre...
    La terre ne tournerait elle pas toujours comme prévu ?

Écrire un commentaire

Optionnel