Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le bon vieux tchic-tchac sur le tapis de feuilles mortes...

    Fait longtemps que,

    me dit-il,

    mais enfiler le vieux maillot,

    le flottant éternel,

    relacer les baskets

    de sept lieues

    qui baillaient depuis

    plus d'un an

    à l'écart de nos insomnies;

    oui, courir

    me semble la chose

    à faire.

    Oui, courir.

    Et on ira beaucoup

    moins vite.

    Les cuisses nous piqueront

    dès les premières foulées

    qu'on suppose glissantes,

    maladroites,

    pas trop d'ici pour être là.

    Sauf que...

    La bonne odeur

    de la boue,

    les parfums d'or,

    Le moisi ocre sale

    du sous bois.

    Le bon vieux tchic-tchac

    sur le tapis de feuilles

    mortes...

    Oui, courir.

    Après tout...

     
     
     
  • Ramures...

    Que faisais-tu au milieu

    simple et rapide 

    de la forêt

    à défaut 

    de tomber amoureuse?

    Comment sont-ils parvenus

    à enraciner

    dans nos cervelles

    molles

    l'idée un peu sotte

    que vivre revenait

    à une sorte de braconnage

    où l'on vous fait marcher

    sur la tête

    pendant que d'autres

    ramassent

    des ramures de cerf

    comme si leur vie 

    en dépendait?

     

  • Une fiction plus ou moins acceptable...

    Chaque matin

    est une manière

    non violente

    de se débarrasser

    de toutes les frontières

    géographiques

    de la nuit.

    Un moyen

    comme un autre

    de faire partie

    d'une fiction

    plus ou moins 

    acceptable...