Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

On voyage toujours de nuit...

Avalé un café vite fait

mal fait au Soleil,

me dit-il.

Un café trop amer

et toutes sortes

de choses

me sont revenues

en mémoire.

Le thermos de Papa

qui fumait

dans la Renault 12

Gordini

bleu Méditerranée

et tout ça se passait

dans les environs

de 1979,

sur le parking

de l'usine

Lapeyre,

un peu avant Vierzon.

Papa porte une barbe

de folkeux,

à l'époque

et la liquette

à carreaux

assez de circonstance,

une avec

des boutons pression.

Son Jeans

est déjà en route

pour le cimetière

des éléphants.

On voyage toujours de nuit.

Pour la première fois,

j'ai le droit

de m'asseoir

à l'avant de la voiture.

C'est qu'il y a

un truc

de la plus haute

importance

dont il faut

que je m'acquitte,

genre votre mission

si vous l'acceptez.

Passer les cassettes

de Dylan et de Cat Stevens

dans le magnéto.

Veiller à ce que

le volume

ne soit ni

trop fort ni trop bas.

Et, surtout,

respecter scrupuleusement

le road-book

musical de Papa.

A savoir: deux albums

de Dylan

pour un de Cat Stevens.

Et puis, vers 2h du matin,

remiser jusqu'au lendemain

Cat Stevens

dans la boite à gants.

A force, sa voix,

elle t'endort,

parait.

J'ai 9 ans.

A l'arrière, ma sœur

et mon frère,

pour une fois,

ont l'air de bien

vivre ensemble.

Et le café de notre père

fume déjà dans l'amertume

de mes souvenirs...

 

 

Commentaires

  • Un weekend aucunement fort de café, mais surtout fort de passion ovale et des souvenirs tendance gordini dans une maison plutôt bleue adossée à la colline. Le vintage est à la mode ces derniers temps. Les discussions ne resteront pas sur le parking, ni sur le bord de touche
    mais rangées bien au chaud dans le thermos des mémoires, à reservir à souhait dans nos tasses à café, sans sucre of course, la chaleur du soleil sur nos épaules, dans la douceur du soir qui tombe inexorablement, le temps de ranger l'amer dans la boîte à gants.
    .

  • Et Vincent qui chantait "I will survive", comme d'habitude.

  • Et Vincent qui chantait "I will survive", comme d'habitude.

Écrire un commentaire

Optionnel