Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

...

On ne peut s'imaginer

la rumeur 

de ce jeudi matin

alors qu'une fille

se caressait le bout 

des doigts,

trois rames de métro

moins dix,

et tout cela se passait, 

dans la jeunesse,

ce Texas de l'Ouest

exactement 

où, jadis, les usages

de la mélancolie

s'élargissaient,

au plus offrant... 

On ne peut s'imaginer

ce que ça fait

de vivre de braquages

avec son frère, faute de mieux.

Lui disait: on a tout pris aux natifs.

Volé l'eau, les terres.

La rudesse de faire des rêves

comanche.

A notre tour, à présent.

De payer pour ça.

De passer à la caisse.

Les banques nous reprennent

tout.

L'eau, les terres.

La rudesse de faire...

 

 

 

Commentaires

  • Il y a longtemps que l''humeur n'était plus au métro, boulot, dodo. Pas plus que l'heure n'était indienne.
    Tout ça était devenu une autre paire de manches. L'usage étant plutôt à la fluctuation, la spéculation mais pas à l'émancipation.
    La concupiscence n'appartenait qu'à certains, experts dans l'art de se servir sur le dos des autres.
    Tu disais qu'il fallait arrêter de ramer et reprendre son destin en main. Peut être déjà remettre la main sur la caisse, faire péter les barbelés de tous ces coffres forts d'une autre vie... qu'à l'Ouest il y ait du nouveau

Écrire un commentaire

Optionnel