Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

...

Je suis déjà sur l'âge,

très vieux même;

je suis assis sur un banc;

je reste là à observer 

le monde et ses environs

et ses manières de seigneur;

oui mais c'est bientôt

à son tour

de vieillir un peu,

puis de plus en plus vite,

puis c'est la beauté du monde,

mais avec toujours un fond de tristesse,

qu'à présent  j'observe;

ce monde qui devant la vie, 

une première fois hésite, 

et puis encore, et puis...

et puis je repense,

assez souvent,

à Giorgio Moroder et à sa moustache

et à son accent

qui tente de détruire avec constance-

un accent qui viendrait s'asseoir

au bord du lit.

Un pétard sur la tempe.-,

les souvenirs d'une enfance

en short tyrolien...

 

Commentaires

  • Pour André Breton:
    "Je connais le désespoir dans ses grandes lignes. Le désespoir n'a pas d'ailes,.....".
    Et pour Jacques Prévert:
    "Le désespoir est assis sur un banc".

Écrire un commentaire

Optionnel