Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et nous marchions tous légèrement...

J'aime, me dit-elle, la musique

des dimanches, 

quand mon cœur

rabâche

l'histoire de notre rencontre.

Dans le fond, c'était un film

très simple. 

Et nous étions tous à marcher

légèrement...

J'aime me souvenir, qu'à cette 

époque-là, 

la passion ne faisait pas encore

son miel

de quelques canulars ésotériques

de boite nuit.  

Et nous étions cernés par une certaine

idée de l'innocence. 

On se tenait à bonne distance

de toutes ces machineries

cyniques et pénitentiaires... 

J'aime me répéter ce que tu disais

à propos des volets de fer

de Boro-Boro.

Du petit journal de guerre,

griffonné avec des mots

vétustes,

dans lequel la cadence laxative

du monde 

nous obligerait bientôt

à écrire...

Écrire un commentaire

Optionnel